Ils amènent l'ânon (...) et Jésus s'assit dessus. Marc 11, 7.

28 octobre 2018

Un frein à la conversion : se pardonner soi-même d'avoir été si longtemps ou si fort dans l'erreur...

Et un autre frein, aussi puissant, à ma conversion : j'ai peur que mes amis, devant l'évidence de mon état de pécheur, me renient, me rejettent. "Maintenant que tu le dis, le souvenir de ce que tu étais nous est insupportable ! disparais, et lui avec !" L'attitude de Jésus est tout autre. Pécheur tu es, soit, et ô combien. J'en suis tout à fait conscient. Pire, j'en suis mort. Mais je t'aime comme tu es. Le sésame de la conversion du pécheur, c'est l'amour inconditionnel de sa maman. Et l'amour lucide du Christ. Alors, de fait,... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2018

Les chrétiens, avec ou sans l'Eglise ?

Discussion avec Olivier et Alban : OK pour les Chrétiens individuels, KO pour l'Eglise. Celle-ci tolère les abus, protège les abuseurs (Tony Anatrella, comme dernier exemple). Comment se fait-il qu'à mon âge je sois toujours pétri de la figure de Jésus thaumaturge ressassée par autant de catéchistes que de prélats ? En même temps, dans l'Eglise, on trouve des gens extra, aidant, lucides, bons. Le regretté P. Delobre, s.j., par exemple. Qu'en serait-il de lui sans l'Eglise ? Un P. Delobre aurait-il pu naître et croître sans l'Eglise... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2018

Après ScPô, surveillant au collège ?

Solon,  Tu me dis : après mon diplôme de ScPô, je ferais bien une année comme surveillant en collège. Ambition ? Syndrôme de l'usurpateur, manque de confiance en toi ? Ou peut-être, confrontation au rêve fantasmé du consultant tout puissant qui réussit seul et trouve par lui-même des idées géniales. Comme tu sens bien que tu es loin d'atteindre à cette classe-là, tu en déduis que tu es indigne de la confiance qu'on te ferait en t'embauchant pour une contribution attendue. Deux bonnes nouvelles : Il ne s'agit pas de réussir... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Optimisons ! Pourquoi pas un medley ?

Mon cher Quentin, merci pour ces précisions. Je note avec résignation que la boîte de jazz défaille quant aux prestations organoleptiques. Avec résignation ? Non, pas tout à fait ! Tant est important cet aspect aux yeux de nous tous que j'ai réfléchi à une façon de procéder originale, efficace, peu coûteuse et réaliste : le medley. Je m'explique. Je viens de relire l'intégrale de nos partitions dans l'ordre du concert et ça m'a pris 35 minutes montre en main. Aussi proposé-je que nous adoptions samedi soir l'option medley, à... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

La bouche parle de l'abondance du coeur.

Je prends conscience que je fais tout pour qu'un nouvel interlocuteur se dise : il est <...>, ce mec. Remplacer par : cool, intelligent, évolué, sage, spirituel... Besoin de sé-duire l'autre, de l'amener à soi... Par exemple, en première rencontre, je lance une blague. Ou je prends la parole avec une parole qui me semble "intelligente". Autre exemple, j'évite absolument de badmouther, de peur qu'on se dise : c'est de lui-même qu'il parle, en fait. Alors que mon interlocuteur pourrait simplement se dire : s'il parle de A... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

This train don't carry nothing but the righteous and the holy

Drôle de rêve ce matin : je me réveille compagnon de légionnaires suppliciés, contemplant désolé leurs pierres tombales dorées pavant une chapelle orthodoxe. Et je me rend compte que je suis bourreau, depuis que je me sais "righteous". Toujours ce fonds de "regarde comme je suis juste, ce n'est pas comme ce pécheur de publicain, il en chie, eh bien c'est normal.
Posté par Pascalledeley à 00:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2018

La Passion selon S. Jean, Bach, Pygmalion, Opéra de Lille.

Plusieurs fois ce soir je me suis dit : maintenant, ayant entendu ça, je peux mourir.  Evangéliste, Jésus, Mezzo-soprano, choeur, orchestre dont le gambiste : ouaouh ! 
Posté par Pascalledeley à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2018

Trust your bike! Laisse faire la moto, elle s'en sortira mieux toute seule

Je voulais partager avec vous cette vidéo de MC Rider qui parle de nos réactions instinctives qui parfois rendent la situation plus problématique qu'elle n'est. https://www.youtube.com/watch?v=XlBLGY3TUB0 Une autre vidéo du même parle de gravel et de tar-snake (raccord de bitume glissant) et dit en substance : trust your bike, détends-toi du buste. Et, avant de rentrer dans un virage, laisse à ta moto de la marge dans sa position sur la route et de la marge dans son inclinaison, comme ça, si elle élargit un peu la trajectoire ou si... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

Consommation du Duster SCe 1.6 à 100 km/h stabilisée

Je trouve donc la consommation du Duster un rien excessive, aussi me suis astreint à une expérience pour me faire une idée sur le parcours autoroute Lille > Namur > Luxembourg > Karlsruhe > Strasbourg > et retour vers Lille. J'ai plaisir à partager avec vous ces quelques chiffres un peu bruts, pas complètement représentatifs et qui restent à vérifier. Vous les utiliserez comme bon vous semble. régulateur de vitesse à 104 km/h (101 km/h réels au GPS) ; pluie abondante sur le parcours kilométrage effectué : 753 km ... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2018

Solar Impulse, le bouquin : qu'est-ce qui me frappe ?

C'est l'histoire d'un explorateur qui a failli se faire piquer son projet par l'ingénieur qu'il a embauché pour piloter la conception et la construction de l'avion. Vu autrement, c'est l'histoire d'un avion-symbole si complexe à concevoir, à construire et à piloter qu'il a fallu un tandem pour y parvenir, ni l'explorateur ni l'ingénieur eussent pu réussir l'un sans l'autre. Encore autrement, c'est deux types qui relisent leur passé commun à deux voix, se rendent compte qu'ils auraient pu faire tout foirer s'ils n'avaient pas,... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]