Oui, mon ami, l’Avent, c'est bel et bien avant Noël, alors pourquoi un 'e' à la place du 'a' ?

Interrogeons l’étymologie. « Avant » vient du latin ab-ante, "qui précède" ; « avant » regarde donc vers le passé. « Avent » vient du latin ad-ventus, "qui vient" ; « avent » regarde donc vers l'avenir. Etonnant, non ?

Dans la Rome antique, l'avent désignait l’arrivée d'un empereur, le début de son règne. Pour nous, chrétiens, l'Avent est le temps où nous attendons la naissance de Jésus, que nous fêterons à Noël. Est-ce à dire que Jésus est un empereur, ou un roi ? Un roi, oui, un roi d’amour et de vérité, pour un royaume de justice et de paix. C’est Lui que nous attendons, c’est ce royaume que nous désirons.

L’attente fait partie de notre vie humaine. Dans certains cas, nous attendons que ça se passe. Dans d’autres, comme une famille qui attend un nouveau-né, nous préparons la maison à accueillir le bébé et nous scrutons les signes de l’accouchement imminent.

Mais alors, que faire en attendant Noël ? Eh bien, préparons nos cœurs à accueillir Jésus, que ses amis les prophètes ont annoncé des siècles auparavant : Isaïe l’avait même nommé Conseiller-merveilleux, Dieu-fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. Et soyons attentifs aux signes qu’il y a bien un royaume de justice et de paix dans notre quotidien, même si c’est incomplet ou difficile.

Et toi, mon ami, quels signes perçois-tu de la présence aujourd’hui de Jésus, roi d’amour et de vérité ? Comment fais-tu vivre, ici et maintenant, le royaume de justice et de paix ?