Au mariage de Marie, je rencontre son beau-frère, Rémi, à la poignée de main hésitante. Pour cause, un handicap moteur avant-bras-poignet droit.

Que fait-il dans la vie, ce sympathique garçon ?

Son père de me dire : moi, je ne m'immisce pas dans les choix de mes enfants. Par exemple, quand Rémi a choisi de passer un bac pro mécanique moto, alors que son handicap rendait improbable qu'il en fasse son métier, je l'ai laissé faire. De quel droit me serais-je interposé entre son rêve et lui ?

Rémi fait désormais tout autre chose que la mécanique moto, et pourtant... il me parle avec passion des deux motos qu'il a possédées, des réglages fins de l'admission (de l'air frais, toujours de l'air frais i) et de l'échappement (que ça circule, avec un pot adaptable ça va bien mieux), des 120.000 km qu'elles lui ont fait faire, des exploits en basse consommation (5 litres / 100 km pour le SV650). De sa passion, en somme.

Va, Rémi, va ! Et merci, papa.