Le pervers narcissique reçoit par les attentions et les soucis de son entourage la confirmation de l’efficacité de son comportement. Son narcissisme s'en nourrit.

Si cet homme en est atteint, alors, quid de ses complications, de ses résistances à votre aide, de sa pression sur son épouse ? Grâce à elles, il est au centre des préoccupations de ses enfants. Plus ils en font, plus il est encouragé dans son narcissisme. Plus évidentes sont leurs préoccupations, plus coûteux est leur sacrifice, plus valorisé il se sent. C’est terrible. 

Ils lui ont une fête à tout casser pour ses 80 ans, il trônait sur l'estrade, au climax de son talent de comédien, royal. En a-t-il moins stressé son épouse par la suite. Que non !

C’est le drame de la perversion narcissique : plus vous travaillez à la compenser, plus vous la nourrissez, bien malgré vous.

Comment s'en protéger ? à mon avis, lorsque l'éloignement n'est pas possible, alors le deuil d'un père normal, pourquoi pas ?

Chercher à se prouver à soi-même que cet homme est rémissible ne fait que renforcer sa perversion ? alors, faire le deuil est une voie, sinon la voie. Accepter l'inacceptable : mon père est toxique pour ma mère et je n'y peux rien.

Bouh !

Je n'y peux rien, moi, mais Jésus ? On le voit faire quelqu'étonnante guérison à distance, la fille de la syro-phénicienne. Et si ça n'était pas une guérison à distance, justement ? Si la malade guérie n'était pas la fille, mais la mère ?

Espoir ? Ah !