20 novembre 2018

Le bonheur, cette normalité

J'ai entendu toute ma vie le mot "extraordinaire" dans la bouche maternelle. Récemment : "regarde comme tu plies ta serviette : c'est extraordinaire !" A en croire que tout devrait être extraordinaire, à commencer par moi. Du coup, quand je réussissais brillamment, c'était normal. Quand je peinais à briller, j'abandonnais : si je n'étais pas extraordinaire, ce n'était pas pour moi. Jouer de la guitare ? Soit j'improvise des solos de folie, soit j'arrête de jouer. J'ai arrêté... Aujourd'hui, je me sens normal et heureux. En même... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2018

Un frein à la conversion : se pardonner soi-même d'avoir été si longtemps ou si fort dans l'erreur...

Et un autre frein, aussi puissant, à ma conversion : j'ai peur que mes amis, devant l'évidence de mon état de pécheur, me renient, me rejettent. "Maintenant que tu le dis, le souvenir de ce que tu étais nous est insupportable ! Disparais, et lui avec !" L'attitude de Jésus est tout autre. Pécheur tu es, soit, et ô combien. J'en suis tout à fait conscient. Pire, j'en suis mort. Mais je t'aime comme tu es. Le sésame de la conversion du pécheur, c'est l'amour inconditionnel de sa maman. Et l'amour lucide du Christ. Alors, de fait,... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 octobre 2018

Les chrétiens, avec ou sans l'Eglise ?

Discussion avec Olivier et Alban : OK pour les Chrétiens individuels, KO pour l'Eglise. Celle-ci tolère les abus, protège les abuseurs (Tony Anatrella, comme dernier exemple). Comment se fait-il qu'à mon âge je sois toujours pétri de la figure de Jésus thaumaturge ressassée par autant de catéchistes que de prélats ? En même temps, dans l'Eglise, on trouve des gens extra, aidants, lucides, bons. Le regretté P. Delobre, s.j., par exemple. Qu'en serait-il de lui sans l'Eglise ? Un P. Delobre aurait-il pu naître et croître sans l'Eglise... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juin 2018

La bouche parle de l'abondance du coeur.

Je prends conscience que je fais tout pour qu'un nouvel interlocuteur se dise : il est <...>, ce mec. Remplacer par : cool, intelligent, évolué, sage, spirituel... Besoin de sé-duire l'autre, de l'amener à soi... Par exemple, en première rencontre, je lance une blague. Ou je prends la parole avec une remarque qui me semble "intelligente". Autre exemple, j'évite absolument de badmouther, de peur qu'on se dise : c'est de lui-même qu'il parle, en fait. Alors que mon interlocuteur pourrait simplement se dire : s'il parle de A... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2018

This train don't carry nothing but the righteous and the holy

Drôle de rêve ce matin : je me réveille compagnon de légionnaires suppliciés, contemplant désolé leurs pierres tombales dorées pavant une chapelle orthodoxe. Et je me rend compte que je suis bourreau, depuis que je me sais "righteous". Toujours ce fonds de "regarde comme je suis juste, ce n'est pas comme ce pécheur de publicain, il en chie, eh bien c'est normal".
Posté par Pascalledeley à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2018

La Passion selon S. Jean, Bach, Pygmalion, Opéra de Lille.

Plusieurs fois ce soir je me suis dit : maintenant, ayant entendu ça, je peux mourir.  Evangéliste, Jésus, Mezzo-soprano, choeur, orchestre dont le gambiste : ouaouh ! 
Posté par Pascalledeley à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2018

Solar Impulse, le bouquin : qu'est-ce qui me frappe ?

C'est l'histoire d'un explorateur qui a failli se faire piquer son projet par l'ingénieur qu'il a embauché pour piloter la conception et la construction de l'avion. Vu autrement, c'est l'histoire d'un avion-symbole si complexe à concevoir, à construire et à piloter qu'il a fallu un tandem pour y parvenir, ni l'explorateur ni l'ingénieur eussent pu réussir l'un sans l'autre. Encore autrement, c'est deux types qui relisent leur passé commun à deux voix, se rendent compte qu'ils auraient pu faire tout foirer s'ils n'avaient pas,... [Lire la suite]
Posté par Pascalledeley à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Ni victime, ni bourreau, ni sauveur : une approche de la vie différente

C'est Dominique qui m'en parle : et si nous refusions d'être victime, ou bien bourreau, ou bien sauveur ? Ne jouer aucun des trois rôles ? Avec le loup, je me rends compte que, refusant d'être victime, ayant abandonné d'être sauveur, je me comporte en bourreau... Et si je renonçais également à être bourreau, dans cette relation ?  Etonnant, non ?
Posté par Pascalledeley à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

À quoi sais-je que je t'ai pardonné ?

Oui, à quoi sais-je que mon pardon est vrai ? Au fait qu'à chaque fois, je me sens plus proche de toi.
Posté par Pascalledeley à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2017

Comme soi-même, aimer son prochain, questionnement "ma relation aux autres", P. Denis Delobre, s.j. +2017.

Quand je rencontre une personne pour la première fois, qu'est-ce que je remarque en premier ? Qu'est-ce qui est important pour moi ? En quoi ce qui est important chez l'autre me révèle quelque chose sur moi, ma personnalité ? Avec le temps, qu'est-ce que j'apprécie dans une relation, qu'est-ce qui est important pour moi ? Qu'est-ce que cela me révèle sur moi-même ?
Posté par Pascalledeley à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,